Monsieur le Représentant du Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan,

Monsieur le Secrétaire général,

Monsieur le Directeur de Cabinet,

Mesdames et Messieurs les Directeurs et Chefs de Services,

Monsieur le représentant de l’UNESCO-BREDA,

Mesdames et Messieurs les Experts,

Mesdames et Messieurs les représentants des organisations professionnelles de la culture,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

 

Ce jour est marquant dans le long processus pour doter le secteur de la culture et de la communication d’un document stratégique dans lequel sont diagnostiquées les forces et les faiblesses, sont définies les grandes orientations ainsi que les programmes sous-sectoriels destinés à les rendre concrets, avec des impacts mesurables sur les populations et le développement du pays.

C’est la raison pour laquelle, je voudrais particulièrement me réjouir de la cérémonie de ce matin qui consacre le lancement du processus d’élaboration de la lettre de politique sectorielle du Ministère de la Culture et de la Communication.

Pareille initiative arrive en effet à son heure, dans le contexte de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE), cadre de référence des politiques publiques qui nécessite que tous les secteurs de la vie nationale disposent d’un instrument d’orientation et de planification qui définisse les priorités, établisse le chronogramme et sélectionne les programmes structurants à exécuter.

Il s’y ajoute, qu’outre le PSE, notre pays a adopté le Document de Programmation pluriannuel des Dépenses (DPPD) qui planifie l’orientation budgétaire sur trois ans. En outre, les directives communautaires de l’UEMOA donnent obligation au Sénégal de se conformer à une telle démarche pour tous les secteurs d’activités.

Dans une époque de raréfaction des ressources, avec pour conséquence une attention soutenue accordée à l’efficacité de la dépense et la gestion axée sur les résultats, il était essentiel que nous nous départissions de certaines habitudes consistant à ne pas toujours établir un rapport cohérent entre la définition de nos actions, les moyens mis en œuvre pour les exécuter, les délais impartis ainsi que les résultats à atteindre.

C’est en nous dotant d’une lettre de politique sectorielle élaboré selon les standards que nous aurons un outil essentiel pour la mise en œuvre de notre politique, y compris dans la négociation avec nos partenaires au plan bilatéral et multilatéral.

C’est également par cette voie que nous pourrons mesurer de manière scientifique l’apport de nos secteurs à l’économie nationale et au développement économique et social en général.

 

Enfin, est-il besoin de le rappeler, c’est une forte volonté politique des plus hautes autorités visant à l’efficacité et l’efficience de l’action publique et l’instauration d’une rupture dans les pratiques traditionnelles qui fondent, entre autres, le nouvel esprit dans lequel s’isncrit l’élaboration de la LPS.

Mesdames et Messieurs,

Le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Macky SALL, accorde, comme vous le savez, une grande attention à la question de l’emploi, notamment l’emploi des jeunes, et à celle d’une croissance durable et inclusive.

 

La culture et la communication, dont le dynamisme n’est plus à démontrer, comptent une diversité de métiers qui en font des secteurs à forte valeur ajoutée en matière d’emplois.

 

Pourtant, ce n’est pas toujours la perception qu’on en a, y compris au niveau des institutions. Il importe alors, pour faciliter le travail d’information et de sensibilisation sur ces questions, que nous disposions d’abord d’un outil méthodologique qui permettrait de capitaliser les différentes initiatives sur la connaissance des secteurs concernés.

 

Je voudrais donc remercier vivement le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan qui a grandement facilité, au plan technique et financier, le démarrage de ce processus et qui va l’accompagner jusqu’à son terme.

 

Le Ministère a, dans cette perspective, mis à la disposition de mon département un guide d’élaboration de la LPS qui va être d’un apport important pour le travail du comité technique interne que je viens de mettre en place.

 

Je salue la présence des représentants du secteur privé de la culture et je tiens à leur préciser que la LPS n’est pas l’affaire unique de l’administration centrale, mais bien de tout le secteur de la culture. On sait le rôle important que joue le secteur privé dans le rayonnement culturel de notre pays.

 

J’ai en ce sens donné des instructions pour que les organisations professionnelles apportent leur vision et expertise au sein du comité technique lorsque ses travaux vont débuter.

 

Je voudrais par ailleurs remercier des partenaires institutionnels comme l’UNESCO pour l’accompagnement habituel et pour tout le travail déjà effectué au niveau international pour baliser le domaine qui nous concerne.

 

J’ai bon espoir qu’avec l’engagement de tous nous arriverons à élaborer une lettre de politique sectorielle de qualité pour le ministère de la Culture et de la Communication et que nous aboutirons, conformément au chronogramme, à sa validation politique à la fin de l’année 2015.

 

Je ne ménagerai quant à moi aucun effort pour que notre projet commun soit couronné de succès.

 

C’est l’espoir que je formule en déclarant officiellement lancé le processus d’élaboration de la lettre de politique sectorielle du Ministère de la Culture et de la Communication.

 

Je vous remercie de votre aimable attention.

Site By People Input