LE PROJET DU MÉMORIAL DE GORÉE DANS SON ACTUALITÉ : LES RAISONS POUR LE CONSTRUIRE !

         Au-delà du devoir de mémoire, cause incontournable, et du devoir du Sénégal d’ériger un monument du souvenir et du pardon en phase avec la caution de la communauté internationale, le projet du Mémorial de Gorée est une volonté politique, une affirmation citoyenne, un partage universel en faveur de toutes les mémoires souffrantes du monde. Il s’inscrit dans la nouvelle carte culturelle du monde. Il occupe une « position centrale en raison de son apport économique, de son lien avec les technologies, de sa contribution au marché de l’emploi ». Le Mémorial de Gorée nous pousse à accéder au marché international et aux flux internationaux de ses visiteurs à venir.

« Un milliard de personnes naîtront en Afrique dans les trente prochaines années et 900 millions quitteront la campagne pour la ville. En 2050, une personne sur quatre dans le monde sera africaine et 50% d’entre elles aurons moins de 25 ans ». C’est un bouleversement qui aura des effets considérables sur l’économie liée à la culture et dont le Mémorial est un symbole vivant. Le marché africain qui sera en très forte croissance totalisera alors plus d’un demi-milliard de consommateurs. » Voilà le terreau qui accueille le Mémorial.

« Trente-cinq milliards de vidéos sont visionnées tous les jours sur You tube ». Le Mémorial de Gorée en sera une des plus grandes attractions. 2,9 milliards d’internautes se connectent par des supports mobiles. Le Mémorial sera accessible partout dans le monde et trouvera des plateformes inédites pour sa visibilité et la mise en marché de ses contenus. C’est d’un patrimoine culturel mondial dont il s’agit. Dans un pays qui se veut émergent, il faut des infrastructures locomotives marquantes.

Dakar va fermer le triangle après l’édification et l’inauguration des projets de Mémorial comme celui de la Guadeloupe, dans les Caraïbes et celui de New-York en Amérique. Il restait l’Afrique. Le Sénégal y répond enfin et en y répondant c’est toute l’Afrique qui répond. Ce projet de mémoire contre l’oubli est irremplaçable. Oui, le complexe du monument du Mémorial, de par sa géographie, sa stature, son esthétique, ses volumes, sa renommée mondiale, va bouleverser le paysage et donner un nouveau visage à notre capitale. Ce qui est joliment appelé « l’œil de Corée » sera désormais et pour longtemps le point focal de Dakar, comme l’est la Tour Eiffel pour la ville de Paris. Il sera le phare. Avec son musée sur l’esclavage, son esplanade géant donnant sur la mer et ouvrant sur toutes sortes de manifestations culturelles et artistiques, sa bibliothèque, ses multiples salles polyvalentes pour les arts et la culture, sa salle de cinéma, son planétarium, sa salle de conférence, son balcon aérien culminant à 75 mètres d’altitude au-dessus de la ville que deux ascenseurs panoramiques de part et d’autre  desservent, ses restaurants, ses cafés, son parc paysager, ses jardins, son pont aérien qui enjambe l’Avenue Martin Luther King pour le relier à la médina, ses parkings, et ce must qui change tout : le nouvel embarcadère de Corée et de l’île des Madeleines implanté sur la corniche.

Quand le Président Sall a reçu et discuté avec l’architecte lors d’une audience à Paris, il avait recommandé que deux chaloupes partent de l’embarcadère sur la corniche pour desservir à la fois Corée et l’île des Madeleines que les Sénégalais doivent apprendre à visiter. Voilà la carte postale culturelle, touristique, économique du Mémorial de Corée. Elle change tout ! Désormais, le Sénégal et Dakar sur tous les sites du monde seront reconnus par cette audacieuse œuvre architecturale. Au-delà de l’œuvre qui célèbre le recueillement et le pardon, ce complexe va générer dans sa phase de construction comme à son achèvement, des emplois fort subséquents, sans compter les plus-values financières qu’il va générer par le rush touristique qu’il va engendrer.

Des approches statistiques et des projections chiffrées laissent dire que le complexe du Mémorial de Corée va générer entre 2 à 3 milliards de FCFA par an, durant les premières années avec un flux touristique de près de 800 milles personnes. Le Mémorial de Gorée est un projet international transversal et multidimensionnel prêt à être un futur Site de Conscience universel. Le Mémorial de Corée est un outil qui travaille contre l’oubli de la tragédie de l’esclavage et qui œuvre pour la réconciliation entre les peuples. Il constitue un projet d’infrastructure historique, au regard de son envergure touchant à l’économie, à l’économie créative, au marché du tourisme et à celui des biens et services culturels. Ne jamais oublier que la construction du complexe du Mémorial de Gorée est bien sûr liée à la sauvegarde de l’île de Gorée, symbole d’une mémoire commune qui tient en éveil la douloureuse histoire de la traite négrière. Gorée est devenue fragile dans un environnement rendu de plus en plus difficile par le réchauffement climatique et une redoutable érosion qui s’accélère d’année en année.

Le complexe du Mémorial de Gorée, dans ses missions et ses objectifs, veillera au développement et à la sauvegarde de l’île de Corée. Il sera, en premier, un lieu de recueillement et de souvenir mais aussi un centre de communication, d’activités artistiques et esthétiques, d’éveil scientifique et technologique. Il sera un lieu de socialisation avec le sentiment d’appartenance à une communauté noire forte, soudée, solidaire et ouverte sur le monde. Le Mémorial de Gorée ne sera pas seulement un monument commémoratif, mais un puissant instrument de promotion et de renaissance culturelle de l’Afrique. Il sera un laboratoire de la coopération internationale pour la cause des droits de l’homme. Il s’agira de resserrer les liens entre les noirs d’Afrique et ceux de leurs frères de la diaspora, renforçant ainsi l’identité culturelle des peuples noirs. Le Mémorial de Gorée développera la recherche et la réflexion entre toutes les communautés internationales et combattra les préjugés de race et de culture.

Lors de l’inauguration du Musée des civilisations noires en décembre 2018. Monsieur le président de la République du Sénégal a annoncé que le projet du Mémorial de Gorée allait enfin être réalisé. Cette annonce a été confirmée par les deux Conseils des ministres en date du 12 décembre 2018 et 30 octobre 2019. Le 24 septembre 2019, à la tribune des Nations Unies à New-York, Monsieur le président de la République s’est adressée à la communauté internationale pour construire ensemble le Mémorial de Gorée. Comme Macky Sall le souligne lui-même, le chantier de cet important projet de mémoire démarrera dès 2020.

Amadou Lamine SALL

Commissaire Général à la réalisation du Mémorial de Gorée

Secrétaire Général de la Fondation mondiale pour le Mémorial et la Sauvegarde de Gorée                

Site du projet à visiter : www.memorialdegoree.org

Tél :    221 77 638 73 11 / salladoulam@gmail.com

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

loading